Niemeyer en Avilés [FR]

Los Corresponsales de Prensa Extranjera residentes en España, tenemos el honor y la suerte de estar a la vanguardia de todo lo que se trama, crea , sucede en todos los sectores sean de la cultura, del turismo, de la política en el país, ya que convocados a ruedas de Prensa , inauguraciones, conferencias que nos permiten “exportar” la temperatura del ambiente social, “societal”,artístico etc…a nuestros propios paises para hacer compartir a nuestros lectores todas las novedades que contribuyen a un mejor conocimiento de las costumbres , uzansas y modas del momento …Hay lo fugaz,…y lo inmutable …

La inauguración reciente del Centro Cultural Internacional Niemeyer a la que se nos propuso participar nos da la oportunidad de poner en relieve la sed de oferta cultural cada vez más extensa que el Reinado ofrece y en particular en el Principado de Asturias que ha alcanzado un nivel universal desde la creación de la Fundación Principe de Asturias en 1981.

Un Pont entre l’Amérique du Sud et la Péninsule Ibérique ? C’est sans doute ce qu’avait en tête Oscar Niemeyer, le père – de 103 ans – de Brasilia et du Brésil moderne des années 60
en acceptant le défi suivant que lui proposa de relever il y a environ 5 ans le Gouvernement de la Principauté des Asturies en Espagne, dont le Prince Felipe est le fils du Roi Juan Carlos I .
Il s’agissait de matérialiser un projet architectural singulier de transformation de la ville au service de la vie en commun et du développement humain,une ouverture, une projection dans le futur en quelque sorte de la ville d’Avilés à l’aube du XXIº siècle…

Ancien port de pêche et pôle sinistré de la sidérurgie espagnole à l’image des bassins houillers du Nord et de l’Est de la France dans les années 80, Avilés – sans doute inspirée par le succès du Musée Guggenheim de Bilbao, de la Semaine Sainte en Medina del Campo ou du Musée de l’Évolution de Burgos à Atapuerca – s’est mise au diapason et vient compléter une offre culturelle intensive de l’Espagne aux 17 “comunidades” ,autre mille feuilles administratif aux obstacles multiples à surmonter pour réaliser tout projet d’une certaine envergure…
Ainsi s’est dressé le “Centro Cultural Internacional”, création du génial architecte venant compléter son programme mondial d’éducation et de culture …

Il n’est pas non plus anodin que le siège de la Fundación Principe de Asturias soit situé à Oviedo,capitale de la Principauté (dont les trois pôles concurrents sont Oviedo,Gijón et Avilés); créée il y a 30 ans les Prix cette Institution couronnent les oeuvres de nombreux acteurs des secteurs des Arts,des Lettres,des Sciences,et de nombreuse autres disciplines ayant trait au génie humain,etc…un peu à l’image des Prix Nobel, et ce avec un succès grandissant.

Que découvrons-nous le jour de l’inauguration dudit Centre ? Quatre édifices se côtoient d’une modernité absolue, blancs et aux courbes “vaguelées” semblant dialoguer entre eux, dialoque de la pierre dont le créateur est friand..Une place centrale de 20 000 m2 avec une capacité d’accueil de 10 000 personnes invite le chaland à partager librement l’offre culturelle universelle…Une sorte de “Maja desnuda” très stylisée aux courbes sensuelles accueille le visiteur, couchée sur un mur du bâtiment central…

La sérénité du lieu ne rend pas compte des difficultés et obstacles réglementaires, administratifs,politiques que le projet dut surmonter…Mené tambour battant à partir de 2006, ….4 ans et demi plus tard de négociations et démarches d’un projet complexe et 2 ans et demi de travaux ,… 44 213 m2 de surface occupée en tout par cette création dont le coût final s’est chiffré à 43,39 millions d’euros.

Lors de son inauguration en Mars 2011, le site a pu bénéficier de la renommée internationale de certains de ses visiteurs assidus en provenance de l’international…Ainsi “ l’enfant prodigue du pays”,…Allan Stewart Königsberg, plus connu sous le nom de Woody Allen, délecta le public au son de sa clarinette accompagné par son fidèle Jazz Band …Le cinéaste a de nombreuses attaches avec les Asturies, car lauréat couronné il y a quelques années (en 2002) par un Prix des Arts de la Fondation… Entre autres films tournés dans la région figure “Vicky Cristina Barcelona” dont le rôle éminent est tenu par Javier Bardem…Woody Allen a même de son vivant une statue érigée en Oviedo…de quoi faire pâlir de jalousie d’autres acteurs et “people”qui n’ont de cesse de se prêter au jeu du marketing et de la promotion du Centre pour faire parler d’eux, ce qui est excellent pour le rayonnemt e la ville et de son nouveau centre Culturel…Ainsi en va-t-il de Brad Pitt, Wim Wenders,Kevin Spacey,Amenábar,Barbara Hendricks,etc…et autres personnalités du monde su spectacle…qui sont devenus des inconditionnels du site…
La meilleure conclusion que nous inspire la réussite de cette réalisation qui déborde largement le site de la ville, voire le cadre des Asturies tient en cette réflexion du même Woody Allen,n’en déplaîse aux pessimistes qui voient dans certaines créations leur inexorable déclin ultérieur (comme Vicente Todoli quittant le Tate Modernou le Reina Sofia).

Quel hymne aux Asturies – et au Centre Niemeyer – que celui de W. Allen s’exprimant ainsi : “Si tuviera que esconderme del mundo y pasar el resto de mi vida en un lugar maravilloso, Asturias sería la elección perfecta”…. Éloquent cri du coeur !

Rédigé et diffusé à/c Avril 2011 par l’AGEFIF.

Alain Contini di Lumezzane

Analista Financiero,Gestor de carteras de Fondos Institucionales y periodista politico-economico-financiero de toda la vida en medios franceses y españoles, Alain C di L, de nacionalidad italo-francesa, es un europeo convencido que ama a España que le encanta dar a conocer "en el extranjero" o sea al resto del mundo "globalizado". Pueden consultar su <a href="http://corresponsales.org/wp-content/uploads/Alain-Contini-di-Lumezzane-CURRICULUM-VITAE-AC.jpg">currículum completo pinchando aquí</a>.

Volver arriba